Aller hop, c’est reparti pour un article pour les nuls ! Avoir les bons pneus, c’est une chose. Malheureusement ça n’empêchera pas la moto de tomber (et toi avec, mais une chose à la fois. Enfin façon de parler, car ça sera plutôt les deux en même temps. Bref je m’égare déjà. Record battu). Du coup il va falloir s’assurer que la première petite gamelle ne sera pas la dernière, et donc protéger ce qui a besoin de l’être.

Sortez couverts

Si la plupart des gros trails sont dispos dans le commerce avec des protections déjà installées, c’est souvent pour le style. Pas toujours hein : le sabot alu des Tiger 800 est plutôt bon par exemple, les crashbars des KTM 1190R ont l’air efficace…

Mais souvent, faut bien admettre que c’est plutôt de la déco.
Tu as trois points principaux à protéger pour préparer votre belle à prendre des bains de boue en sécurité (pour elle).

Le sabot

En aluminium, épais (3, 4 ou même 5 mm), c’est lui va prendre le plus de coups. Placé sous la moto il va encaisser bien plus que des chutes en cognant bosses et pierres à la place de ton carter. C’est mieux. Plus il est couvrant, plus tu en seras content. Certains constructeurs comme Touratech on même poussé le vice à développer des extensions de sabot qui se fixent sur la béquille centrale. Cette accessoire est super important, quand on voit ce qu’il se prend tu ne regretteras pas ton achat.

Voilà une petite photo de mon sabot SW Motech pour l’Africa. Un monstre de solidité qui en plus a le bon goût de produire un LA bien sonore du plus bel effet quand il se prend une roche.

On notera deux choses :

  1. le petit accro qu’on peut voir a été fait par une pierre d’une dizaine de kilos lors d’un bisou à 30 km/h. Costaud je vous dis.
  2. vous avez vu comme les deux vis et le trou pour la vidange lui donnent un air ahuri ? 😮

 

sabot SW Motech Africa Twin CRF 1000

😮

Les crashbars

Un autre truc qui s’amortit très vite quand on voit le prix des carénages sur les gros trails, c’est les crashbars. Idéalement quand la moto est couchée, ils doivent rentrer en contact avec le sol à la place de la moto. En pratique plus ils sont couvrant en haut, plus ils feront leur travail de protection des carénages. Tu peux en plus de ça recourir à la technique du sac-coussin, c’est pratique et ça protège très bien (à voir dans cet article).

crashbar

Pas besoin d’aller très loin pour voir l’efficacité des crashbars….

Les protèges mains

Ici pas de secret, il va falloir passer par la case option et elle est limitée. En dehors de barkbuster, je n’ai pas encore trouvé de protèges mains digne de confiance. L’idée de ces protections n’est pas tellement de protéger tes mains (des branches à la limite), mais d’avoir un arceau alu qui va encaisser le choc à la place de tes leviers (de frein ou d’embrayage).

barkbuster

L’arceau alu des barkbusters, les plastiques sont démontés

Tu verras vite que les protèges mains en plastique livrés d’origine n’encaissent presque rien. De là deux options : soit tu es serrés niveau budget, et tu attends qu’ils cassent sur une chute, soit tu peux te permettre l’achat, et tu gardes les plastiques tout beaux pour le jour de la revente de ta moto…

Dans tous les cas, pense à desserrer un peu tes leviers lorsque tu fais du tout terrain. Ils doivent pouvoir tourner au lieu de casser, le « bon » réglage étant trouvé lorsque le levier tourne en donnant un coup dessus mais qu’il ne bouge pas en utilisation.

Petit checkup mécanique

Ça va sembler idiot, mais c’est très important. Ta vitesse moyenne va se situer aux alentours de 20-30 km/h, ta moto va donc chauffer (j’en vois déjà rigoler en repensant à une Tiger sous perfusion) et ton embrayage va être très sollicité. Il est super important de faire le tour des niveaux avant de partir : huile et liquide de refroidissement principalement.

Autre point mécanique à vérifier, la tension de chaîne. Avec les mouvements que va faire ton bras oscillant dans les trous et bosses des chemins, ta chaîne ne doit pas être trop tendue sous peine de risquer au mieux une usure rapide, au pire la casse…

Dernier point « sécurité » : ne néglige pas les distances de sécurité quand tu suis quelqu’un.
Si sur route tu peux espérer faire un freinage d’urgence ou un évitement fluide et classieux, quand tu auras les pneus dans une ornière tu verras les choses sous un autre angle. Et pour ce qui est du freinage d’urgence dans la boue ou sur 5 cm de gravier… Y’en a qui on essayé, ça marche moins bien que prévu 😉

Commentaires