C’est avec des doigts tout collants de cette chaleur bien moite des derniers jours que je commence la rédaction de ce petit essai (de 3 mois quand même). J’ai donc acheté (avec mon petit portefeuille perso) ces gants début mai dernier, en prévision de la saison et pour pouvoir mettre les mains dedans dès le Paris Dunkerque

je pensais trouver rapidement mon bonheur

Ma recherche de base était simple, et je pensais trouver rapidement mon bonheur : des gants courts type été, du cuir, des protections contre les chocs, et une respirabilité honnête. Et bien si vous aussi vous pensez trouver ça vite, détrompez-vous, c’est pas si simple. Du court en cuir ? Ok, mais pas de protection. Cuir et protection pour l’été ? Et hop on arrive dans les gants de piste, à manchette et pas franchement faits pour aller trainer dans la boue… Du court qui respire ? Ah bah oui, mais c’est en textile…

Klim_Dakar10

La petite languette est utile, si si, pour une fois.

Klim (ça se prononce « Kla-ï-me », notez l’accent américain qui va bien) a dû flairer le créneau, et a donc sorti un modèle qui répond à ces attente. Et voilà le Klim Dakar. Oui, »Dakar », service marketing bonjooouuur. Entre l’Africa Twin et les gants Dakar, on nage en plein revival de la grande époque de la course éponyme. Comme quoi, chacun son « vintage » finalement… Mais je m’égare.

les gants ont bien fait leur job, mais…

Pour le premier essai de ces gants j’ai mis le cap au nord et pas vers Dakar (quel rebelle je fais). Direction Dunkerque dans le boue que vous avez pu voir dans cette excellente vidéo de notre compère Cigalou. Vu les condition et mon niveau sur deux roues, j’ai vite terminé sur 4 pattes. Le baptême a donc été plutôt rapide, et les gants ont bien fait leur job. Il a suffit de les rincer à grande eau et le cuir était aussi neuf qu’au départ.

Par contre gros problème à déplorer, ils déteignent fortement. Du genre à te faire le bout des doigts noir-bleu-violet alors que t’avais rien demandé. Ce sera un gros point noir, vu les prétentions de la marque à viser « haut de gamme ».

Klim_Dakar2

Vu du dessus (en voilà une légende utile)

Les astuces de mamie Braap

Une solution à ça que j’ai pu tester et approuver, c’est un bain d’une nuit dans du vinaigre blanc + sel. Oui, même pas peur. Le lendemain matin la teinture aura rendu comme pas permis, le vinaigre sera noir/violet foncé, mais après un bon rinçage acharné plus de problème (certains laissent carrément tremper dans la réserve d’eau des wc pendant 24h pour rincer. Pas con, l’eau est changée régulièrement et pas de gaspillage).

Au séchage, rien de spécial si ce n’est que le cuir montre encore sa qualité en étant toujours souple, après ce qu’il vient de subir c’est pas mal.

La protection est assurée par le cuir (paume complète et partie supérieure mixée avec du textile), mais aussi par des petits pads jaunes aux articulations et sur les phalanges. Ces pads sont en Poron, une sorte de mousse souple qui se durcit et absorbe les impacts, un peu comme le D3O mais en jaune. Du coup le gant est super souple, mais encaisse bien les chocs.

J’ai testé ma force sur un pauvre coin de mur qui me regardait de travers, et j’ai été surpris par la matière : même pas mal, surprenant.

Leur terrain de jeu c’est le chemin

La coupe est bonne, faite pour épouser un guidon donc la paume fermée. Les coutures ne se sentent pas trop (un peu le bout du pouce pour moi), la taille habituelle devrait convenir. Fermeture simple scratch, c’est un peu léger mais sur ces gants difficile de faire plus. Et dans le fond, ils ne sont pas prévus pour de grosses glissades bitumées donc on peut leur pardonner. Leur terrain de jeu c’est le chemin entrecoupé de petites routes de campagne. Dans ce registre ils se font oublier super vite, avec une aération simple et fonctionnelle (perforations entre les doigts). Petit détail inutile, la micro raclette sur le pouce gauche… Là je vois pas l’intérêt.

Give me (ninety) five !

Give me (ninety) five !

Pour conclure sur les 3 mois d’utilisation exclusive, les gants ont bien tenu la distance. Pas d’usure anormale, le cuir travaille et se « fait » à la main donc RAS. Les coutures tiennent, bref on en a pour son argent.

Quoique… parce qu’à 95 euros la paire, ça serait malheureux que la qualité de fabrication ne soit pas au rendez-vous. A noter qu’il existe une version gris clair, qui du coup ne devrait pas souffrir des soucis de teinture.

Mise à jour du 1 octobre 2016 :

Faut quand même aimer avoir les mains noires.
J’ai pu discuter avec un autre possesseur de ces gants sur le Cathare Moto Trail, et la conclusion était la même : la teinture ne tient pas.
A noter, un soucis de fabrication rencontré sur cette 2ème paire avec une couture complètement vrillée.

Bref, à prendre en gris, et ne faites pas forcement plus confiance à Klim qu’aux autres concernant le contrôle qualité…

Commentaires