Cette semaine j’inaugure une nouvelle rubrique où je parle des motos avec lesquelles j’ai eu la chance de rouler un peu, beaucoup, à la folie, parfois même passionnément… Et je suis obligé de commencer par mon tout premier gros cube, le trop méconnu Suzuki 650 XF. Un trail japonais affublé d’un nom de custom délicieusement ringard : Freewind.

Pour la décrire en un mot, je dirais que c’est une moto tout simplement… moche. Rarement une bécane n’a autant fait l’unanimité sur ce plan là. Mais ce n’est pas sa faute. Le Freewind, c’est un peu le mai 68 de la moto. Ça devait être une révolution mais ça a mal fini. Audacieuse remplaçante d’un 600 DR encore très Dakar spirit, elle devait être une sorte de mix entre un trail, une super-mot’ et une GT. Une routière polyvalente de petit calibre quoi. Complètement avant-gardiste quand on voit les « SUV » (ou « trail routiers ») qui fleurissent aujourd’hui. Manque de bol, à son époque, c’est le marché du roadster agressif qui explose. Avec son moteur pas impressionnant du tout, ses formes gentiment arrondies, le 650 XF est une moto démodée de naissance. Très vite catégorisée bécane low cost pour vieux qui s’y « remet », cette machine va mener une existence tristement anonyme jusqu’à son éviction du catalogue au profit du V-Strom (que je chevauche actuellement).

Face à cet indigne oubli de l’Histoire (si si), je ne peux que vous raconter un peu ce premier amour...

Commentaires