Voilà donc 3500 kilomètres que je me promène au guidon de l’Africa, cette distance a principalement été effectuée sur route (vacances + prise en main). Du coup je ne jugerai pas dans cet article d’impressions « offroad », ça sera pour un prochain. Les impressions ci-dessous sont juste de votre serviteur, du haut de sa toute petite expérience et avec pour point de comparaison sa précédente Tiger 800. Je ne me proclame pas expert là dedans, au contraire, mon point de vue est celui d’un motard lambda mais servira peut être à d’autres qui se posent des questions sur cette moto.

Voilà donc point par point, dans un désordre le plus complet, les commentaires sur cette nouvelle Africa qui (spoiler) donne envie de rouler, et c’est bien le principal !

Le confort de selle :

La selle à double étage est plutôt confortable, bien que ferme au premier abord. Le truc qui marque c’est la finesse sur l’avant et la bonne largeur sur l’arrière. C’est assez sympa à l’utilisation, ça permet une bonne maniabilité en ville en se mettant en avant, et un peu plus de confort sur route en arrière. J’ai quand même eu quelques douleurs au coccyx au bout de plusieurs heures sans pause, environ 3 heures.

La hauteur est réglable sur deux niveaux, c’est rassurant quand le terrain est incertain par exemple, vu la hauteur de la bête.

Africa Twin - Selle 2

La section passager n’est pas réglable, et nécessite même une clé de 10 pour la démonter et accéder à un petit espace. Dommage que ce soit aussi compliqué, du coup ça perd tout son intérêt… Je développerai sur la selle passager dans la section « duo » un peu plus loin.

Le moteur :

Ce moteur a failli ne pas me faire acheter la CRF. Ma première impression a été très décevante, je le trouvais mou, sans caractère, trop linéaire… En tournant la poignée ça montait dans les tours, mais à un rythme trop nonchalant par rapport à ce à quoi j’étais habitué (et pourtant la Tiger c’est pas explosif, loin de là). Ça m’a pris environ 2 heures d’essais pour comprendre que c’était moi qui étais mou, nonchalant et linéaire : la course de la poignée des gazs est longue. Du bout des doigts dans la boue, il faut y aller au poignet sur l’asphalte pour réveiller les deux gros pistons et propulser la bête à bon rythme.

Ok, ça change tout 😉

Africa Twin - Moteur

Et là d’un coup tout va mieux, ce moteur est mon meilleur pote sur cette moto. Prévisible et tranquille quand je veux y aller « j’veux pas y aller », il est aussi capable de m’allonger les bras au besoin, mais toujours avec une élasticité super agréable. Le mot qui résume ce moteur, c’est vraiment « élastique », du genre de celui qu’on utilise pour sauter d’un pont : gros, large, et puissant mais surtout doux et capable d’encaisser.

Africa Twin - Boite

La boite fait son travail dans un klonk bien marqué en 1ère et 2ème mais discrète par la suite. Sinon c’est agréable et l’embrayage est léger à manipuler. Ça sent la boite solide mais rustique, les rapport devant être passés en tirant et appuyant bien sur le sélecteur. A noter un faux point mort rencontré entre 5 et 6 (descente de la 6 au faux neutre sur autoroute, ça fait bizarre) une seule fois dans mon cas mais déjà signalé par d’autres.

L’électronique :

Une des raisons qui m’ont amené à choisir cette moto, c’est son électronique « contenue ». Ça peut prêter à sourire mais dans le segment « gros trail moderne », la CRF se place dans les moins bardées de circuits imprimés… Et pourtant on a l’ABS et le contrôle de traction, c’est bien suffisant.

Africa Twin - Compteur

Le meilleur côté de tout ça, c’est qu’il a été prévu pour pouvoir être coupé rapidement et facilement, mais par contre impossible de les garder désactivés quand on coupe le moteur. Il faudra recommencer la manip, heureusement qu’il y a un bouton dédié !

Africa Twin - ABS

La position :

Je mesure 1m83, et la position assise me convient après avoir réglé le guidon. De base il était beaucoup trop « à plat » (comprendre « tourné vers moi »), en le relevant c’est déjà mieux. J’ai essayé d’installer les Rox Risers que j’avais sur la Tiger : ça passe mais c’est trop juste au niveau du câble d’embrayage (en butée ça tire un peu, et il empêche de mettre la clé facilement). Je pense installer les réhausses Motech dans le futur car il me manque un poil pour être à l’aise debout.

Africa Twin - Repose pied

Les reposes pieds sont un peu trop petits, et vont devoir être changés. Peu importe le modèle du moment qu’ils couvrent la largeur du pied. D’origine il arrive trop souvent que la botte soit au bout du cale pied, pas très rassurant ni confortable, surtout debout. A noter, il semble que les reposes pieds d’XR 650 conviennent (20€ sur ebay) !

En duo :

Dans la série détails mesquins, je demande les reposes pieds passagers de CB500. Euh, dites M’sieur Honda, c’est une voyageuse que vous vendez ? Habitué à ceux de la Tiger, j’ai vite commandé la version plus large pour le passager. Ils sont très biens en utilisation : confortables, larges et moins glissants, mais souffrent d’une erreur de conception aberrante : replié, le repose pied droit ne se range pas complétement (!) Non mais ça va hein, à 90 euros le bout de métal on n’a pas les boules… Tu la sens mon ironie Mr Honda ?

(Edit le 5/10/16) Important concernant ces reposes pieds :
Denis dans les commentaires de cet article, nous fait part du bon plan : ce sont les mêmes que sur la ST 1100 PAN EUROPEAN ! Donc ça se trouve d’occasion facilement et à un tarif défiant toute concurrence !

Pour le reste, ma passagère est très contente des poignées bien larges et pas trop reculées, du confort général de la selle et de l’angle des jambes moins fatiguant que chez Triumph. Elle a aussi une sensation « d’espace » plus importante, bref tout va bien. Le confort général est aussi en grande partie dû aux suspensions, parlons-en justement !

Africa Twin - Poignée passager

Les suspensions :

Le meilleur aspect de cette moto à mes yeux. Les suspensions Showa marchent très, très bien, et font léviter le tapis volant au dessus des petites bosses comme des gros trous. On s’est pris un nid de poule bien balèze (du genre 30-40 cm) en duo à 60 km/h, ça a secoué mais pas de talonnage et la moto n’a pas eu l’air de mal le vivre… Pas mal ! Le reste du temps RAS, ça pompe un peu en entrée de courbe ou gros freinage mais c’est très contenu vu le poids (ça va chercher dans les 230 kg quand même).

Africa Twin - Fourhe

Le réglage de précontrainte se fait facilement pour l’arrière avec une grosse molette, les autres réglages je ne suis pas encore assez initié pour m’y risquer donc je ne commenterai pas.

Africa Twin - Précontrainte

L’échappement :

J’adore le son de cette moto. Il faut dire que quand on vient du triple aspiro-mixeur de la tiger (surtout la première génération), avoir ce ronronnement bien rond ça change. Toujours discret, on a le droit à un peu plus de grogne passé 4500 tours. Par contre vu la taille du bazar il y aura peut être moyen de gagner un peu de poids en le remplaçant. A voir quand je serai riche…

Africa Twin - Pot

Options :

Poignées chauffantes, cales pieds passagers « conforts » et… Prise 12 V ! Encore un détail qui fait tâche au moment de l’achat. La baroudeuse de l’extrême, la voyageuse du bout du monde, mais pour le gps, le téléphone ou le compresseur il faut oublier. Ok, ça s’installe facilement et ça ne coûte pas trop cher. Enfin, faites le vous même si vous pensez à l’installer parce qu’il y a au moins 1h de mains d’œuvre vu qu’il faudra tomber tout le carénage avant pour atteindre la prise accessoire. A noter que le courant délivré pas la prise n’est pas ultra puissant, mais suffisant.

Africa Twin - 12V

Les cales pied passager sont une option « confort », j’en ai parlé dans le paragraphe « duo » juste au dessus.

Les poignées chauffantes, je n’ai pas eu l’occasion de les tester depuis juillet, je vais donc passer là dessus pour l’instant.

La monte d’origine :

A fuir, en tout cas si vous vivez dans une région « humide ». Ces pneus sont catastrophiques sous la pluie et la moto ne tient pas le pavé. Pour vous dire, je suis passé en TKC 80 au bout de 3 jours, et ça accroche mieux dans toutes les conditions, même neufs…

Africa Twin - Pneu origine

Tout le monde s’en plaint sur les forums et autres groupes Facebook, bizarrement ce point n’a été que très rarement soulevé lors des essais « officiels » de journalistes… hum… no comment. J’ai eu l’occasion de voir des motos d’essais en concession dont on avait changé les pneus pour l’occasion, et comme si ça ne suffisait pas, il semble qu’il y ai des soucis de construction sur certaines séries (craquement de la bande de roulement à l’intérieur du pneu par exemple). A fuir, simplement.

En bref :

Cette moto n’est pas parfaite, mais ses défaut sont largement effacés par ses qualités. Mes à priori négatifs laissent de plus en plus la place au plaisir de rouler sur cette moto au fil des kilomètres, et j’apprends à l’apprécier comme il se doit.  Il reste à voir dans le temps si ça tient la distance et combien ça coûtera. Les révisions Honda étant (malgré l’image qu’on en a) aussi chères voir plus que chez les autres, européens inclus. En attendant ces 3500 km n’ont été la source d’aucun problème mécanique ou électronique, la moto est toujours prête à rouler dans un « braap braap braap » qui donne le sourire sous le casque et ça, c’est top !

N’hésitez pas à poser les questions que vous pouvez avoir en commentaire, on sait jamais, je pourrai peut-être vous répondre 😉

 

Commentaires